mercredi 26 février 2014

Vous reprendrez bien un peu de pois avant l'été ? Chronique de la ferme, semaine 9

 Vous vous souvenez des petits pois l'année dernière ?
Non ?
Vous êtes sûrs ?
Parce que nous, si.
Comme chaque année, nous avions acheté les graines, nous les avons semées, arrosées, bichonnées, dorlotées, cajolées, veillant sur elles comme si le sort de l'année en dépendait. Nous avions même -et pour la première fois- pris le temps de tendre des filets à ramer afin qu'ils s'y agrippent et que la récolte soit plus facile...
En vain.
Du haut de leur 20 cm, les petits pois refusèrent tout net d'aller de l'avant, mus par je ne sais quelle force les enjoignant à rester immobiles, anéantissant tout espoir de récolte  pour vos paniers...

Alors cette année, on a mis toutes les chances de not'côté !

On a regardé la lune et les astres, et on a profité de la plus belle journée de février (en même temps, y'en n'a pas eu beaucoup, de belles journées en février...) pour mettre les graines en terre.




Et parce qu'il ne suffit pas de semer pour que ça pousse, nous savions qu'il nous faudrait ensuite les bichonner, les dorloter, les cajoler, bref en prendre soin comme si le sort de l'année en dépendait !
Bon. Quand Capucine s'est mise en tête de rester là, sans bouger d'un poil, la truffe pointée vers la ligne de semis, s'imaginant sans doute que cela allait suffire à assurer la levée, je me suis demandée si elle n' en faisait quand même pas un peu trop.



 

Mais comme elle ne répondait pas à mes injonctions répétées à rentrer nous mettre les pattes au sec, et ne pouvant me résoudre à la laisser seule en plein champ, je me suis assise auprès d'elle et ensemble nous veillâmes à ce que nul rongeur se vienne renifler la douce odeur du petit pois fraîchement semé.


Et ça, c'était lundi.
Une pensée me traversa pour toutes celles et ceux qui étaient à travailler derrière un bureau ou sur une chaine d'usine.
Capucine eut sans doute la même pensée que moi, parce qu'elle se retourna et qu'on pouvait voir dans ses yeux tout le bonheur d'être là, sous un premier soleil de printemps.



Je me suis dit aussi que c'était quand même drôlement bien, les buttes.


 Non seulement parce qu'on peut s'y assoir en gardant les fesses (presque) au sec, mais également parce que si nous ne les avions pas eues, nous serions en train de nous inquiéter de la pluie qui n'en finit pas* et qui interdit d'aller dans les champs avec un tracteur et que sans elles, les petits pois attendraient encore enfermés au fond du placard**...

Bref, voilà de quoi vous faire patienter jusque juin, parce qu'en attendant, nous sommes toujours dans les légumes d'hiver !


Pour les paniers de cette semaine :
pommes de terre (comme la semaine dernière)
carottes
poireaux
choux
Radis noir
(On va récolter ce qui nous reste de mâche, mais la récolte ne sera que pour demain, et je ne peux pas assurer qu'il y en aura pour tout le monde)

Bien entendu, comme chaque semaine et comme vous le savez désormais, selon les résultats de la ligue des champions, le contenu du panier peut être amené à subir quelques modifications. 


A demain
Isabelle

*En même temps, 'faudra quand même que la pluie s'arrête un jour, parce que nous avons confié à Blanchette une belle parcelle où les buttes sont à refaire, et on aimerait bien que le terrain ait
séché entre temps !

 

**Et bien entendu, les petits pois devront encore traverser de longues semaines et affronter de nombreux dangers (les rongeurs, les oiseaux, les forces obscures pouvant inciter à l'immobilisme) avant que nous sachions si le pois pèsera dans la balance, mais au moins, le semis est fait !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire